Robert Kerr, des écharpes pour les plus exigeants

Il y a trois ans nous présentions dans ces pages la maison Robert Kerr, qui proposait les plus belles écharpes et étoles de soie qu’il nous ait été donné d’observer. Depuis lors la maison a fait son chemin, développé d’autres produits tout aussi soignés et a choisi de n’exposer ses produits que dans des environnements fréquentés par une clientèle éduquée aux beaux produits et donc susceptible de les comprendre.

Robert Kerr, dont la maison porte le nom.

Car telle est la principale difficulté pour les fabricants de produits différenciants : pour que l’acheteur potentiel comprenne ces derniers, il faut que le vendeur les lui explique.

C’est le cas des écharpes, étoles, chapeaux, pochettes, cravates et maintenant grands carrés Robert Kerr : n’utilisant que les meilleures matières dans leur domaine respectif, les produits sont doublés d’autres étoffes de qualité supérieure, roulottés main et font l’objet de cette foule de petites attentions qui signe au bout du compte les pièces d’exception. En d’autres termes : ce sont des produits artisanaux uniques en leur genre, sans équivalent par ailleurs, même dans les grandes enseignes de prestige.

Thomas Drishell, fondateur de la maison (nommée ainsi, rappelons-le, en hommage à son grand-père), vient de renouveler ses soies exceptionnelles, ce qui justifiait ce nouvel arrêt sur images de notre part.

Le créneau étant en déclin et très concurrencé, plutôt que d’investir en profondeur dans la cravate réalisée à la demande, il a préféré concentrer ses efforts sur la qualité de ses soies et celle de la fabrication, et a mis en avant le caractère unisexe de chapeaux et d’étoles que l’amateur ne trouve nulle part ailleurs.

Écharpe 100% soie fine côtelée imprimés cachemire 190x55cm. Tissée et imprimée à Lyon, double couture intérieure, confectionnée en France entièrement à la main, 375,00 euros.

Ayant choisi de pratiquer une distribution (très) sélective, Robert Kerr s’est tout de même aventuré dans une dimension plus large en fin d’année dernière, en exposant au Bon Marché. L’expérience sera renouvelée cette année, et il n’est pas exclu que la marque soit également présente à une exposition que les Galeries Lafayette consacreront avant les fêtes aux petites maisons artisanales. On la verra également à la même époque lors de la soirée VVIP qu’organisera Aston Martin France pour ses meilleurs clients (toujours la volonté d’adresser une clientèle habituée au meilleur), et à Berlin chez Maximilian Mogg, le nouveau tailleur star germanique, qui fait fureur dans la capitale allemande avec une demi-mesure typée Gatsby. Ouverte début septembre, sa boutique ne désemplit pas et peut dores et déjà se prévaloir d’une belle clientèle, pour partie étrangère (situation exceptionnelle pour un tailleur allemand). En France on aura également vu Robert Kerr à Angers, où il aura présenté ses cravates bespoke lors d’un week-end organisé par Chez Monsieur, boutique pointue chère aux grands élégants de la région, et sur les écrans dans le film Un homme pressé (sortie en salles le 7 novembre), pour lequel il a cravaté et pochetté Fabrice Lucchini et ses protagonistes.

Sur nos photos Thomas Drishell porte des écharpes en soie côtelée nouée en imprimé cachemire crème et bordeaux, présente au vent le dernier produit de la maison : la grande étole soie unisexe, et révèle son chapeau en lapin taupé, doublé de soie imprimée.

Chapeau 100% lapin taupé, bords de 7cm, ruban de 4cm en tissu de costume Draper’s, coiffe intérieure en soie ancienne. Confectionné en France entièrement à la main, 395,00 euros.