Patine, mode d’emploi

Etape 1 : Nous partons d’un modèle « brut » arrivé de la manufacture. Précisons tout de même qu’il s’agit bel et bien d’un aperçu et non pas d’un mode d’emploi pour « patineur » en herbe ! A bons entendeurs… Entrons dans le vif du sujet.

Pour commencer, le soulier va être décapé sur embauchoir à l’aide d’un solvant et d’un chiffon qui vont permettre d’enlever une partie de la couleur du cuir afin de le préparer à recevoir les différentes couches de teintures.

Etape 2 : Pour la patine de cette chaussure, c’est un brun Antique qui sera choisi. Appliquée au chiffon sur le bout pour commencer, la teinture sera ensuite uniformément répartie sur la totalité du cuir dans le but de redonner une pigmentation à la chaussure préalablement décapée.

Etape 3 : Les détails et les endroits inaccessibles au chiffon sont teintés grâce à un pinceau fin, toujours sur une base de brun Antique.

Etape 4 : Nouvelle coloration au brun Antique en accentuant le geste sur le bout du soulier afin d’amorcer le dégradé final.

Etape 5 : Travail des quartiers arrière avec un solvant pour effacer légèrement les premières couches de patine, afin de se rendre compte de la manière dont le cuir a réagi à la teinture et pour affirmer la coloration de la pointe.

Etape 6 : Utilisation d’une nouvelle teinte, marron pain d’épices cette fois-ci, qui sera appliquée uniquement sur les quartiers arrière, lesquels viennent de subir une légère décoloration. Cette étape permet de raviver le marron de base et réveille l’ensemble du soulier en lui apportant de la nuance.

Etape 7 : Utilisation d’une teinture Taupe, toujours sur les quartiers arrière, suivie d’une nouvelle décoloration puis d’un séchage qui permettra aux différentes couches de couleurs de bien pénétrer le cuir.

Etape 8 : On accentue de nouveau la teinte du bout de la chaussure avec le marron Antique du début, puisqu’il s’agit d’obtenir un soulier qui va en dégradé du plus foncé (sur le bout) au plus clair.

Etape 9 : Quelques touches de marron Antique sont de nouveau appliquées sur l’ensemble de la chaussure, mais de façon plus légère afin de créer le « marbrage » qui caractérise une belle patine.

Etape 10 : Les quartiers arrière sont une nouvelle fois décolorés pour laisser apparaître quelques nuances vertes, puis c’est un travail en douceur qui va permettre d’obtenir le dégradé final, en opérant avec un chiffon et du solvant de l’arrière vers l’avant.

Etape 11 : Phase de séchage d’une heure environ. Le cuir va ainsi pouvoir se reposer et sécher après les successives étapes de coloration.

Etape 12 : Glaçage du soulier avec une pâte couleur chocolat et de l’eau. Etendu sur l’ensemble du soulier grâce à une feutrine le mélange va fixer les différentes couches de couleurs tout en apportant une protection et un brillant incomparable. Le résultat final obtenu est une couleur brune fumée dégradée.