Les Jardins d’Etretat s’orientent vers l’expérimentation

Vitrine d’idées néo-futuristes, situés au sommet de la falaise de la pittoresque station balnéaire, les Jardins d’Etretat ont été créés en 2015, par le paysagiste Alexander Grivko sur le site d’un ancien jardin imaginé initialement par Claude Monet pour une amie qui en était alors propriétaire.

La volonté d’Alexander Grivko était de réaliser un jardin d’un style nouveau à la manière d’un laboratoire expérimental, segmenté en sept parties dans le parc de 7000 m2, mêlant l’architecture paysagère au land art et des sculptures, soit un véritable musée contemporain à ciel ouvert. Dans sa composition spatiale, le paysagiste russe a ainsi imaginé avec une grande méticulosité des jardins extraordinaires inscrits dans le paysage environnant avec des espaces fonctionnant comme autant de parenthèses enchantées quelque soit leur appellation : jardin Emotions, jardin d’amont, jardin Impressions, jardin d’Aval, jardin Avatar, jardin Zen, jardin de la Manche.

Si dans de nombreuses disciplines artistiques, le courant de pensée néo-futuriste s’est développé ce début de XXIème siècle, l’art du jardin était resté jusqu’à présent en retrait. Etretat compte ainsi le premier jardin expérimental correspondant au courant de l’architecture bionique dont la composition et les lignes sont empruntées aux formes naturelles, c’est-à-dire biologiques. On retrouve ainsi à Etretat, des éléments du paysage de la côte d’Albâtre, entre les falaises ou la Manche. En conséquence, un intense travail est mené ici dans l’art de la taille. A cela s’ajoutent des oeuvres néo-futuristes.

La visite se déroule au fil d’un parcours cheminant d’un jardin à l’autre. On passe ainsi d’un univers maritime à un autre plus futuriste. Souvent, les formes données aux végétaux reprennent celles de coquillages ou falaises du littoral. Des tableaux de verdure servent d’écrin à des œuvres contemporaines qui s’intègrent aux parties végétales.

Au détour des jardins, on croise ainsi les visages lunaires de l’artiste espagnol Samuel Salcedo, nichés entre topiaires aux formes délicates et andromèdes campanulées, ou encore les objets paysagers de l’allemand Thomas Rösler. Cet été, l’artiste moscovite Sasha Frolova y présente une œuvre spécialement créée pour Les Jardins d’Etretat. Il s’agit d’un trampoline conçu en référence au boudoir de Marie-Antoinette. Le concept artistique de cette création se revendique hommage à la nature avec une référence aux premières fermes ostréicoles, lesquelles furent créées à Etretat par Marie-Antoinette. Née en 1984, Sasha Frolova est une qui étudia auprès du créateur de mode Andreï Bartnev. Artiste et performiste Sasha Frolova fut notamment la lauréate du trophée « Andrew Logan’s Miss World », fondé par le styliste britannique éponyme.

Les Jardins d’Etretat

Avenue Damilaville, 76790 Etretat. Ouvert tous les jours de 10h à 19h.

Tarifs : plein 8,80 € – enfants 5,30 €. Gratuit pour les moins de 2 ans.

www.lesjardinsdetretat.fr