Le château de Versailles acquiert un trésor national grâce au mécénat de LVMH

La verseuse en argent réhaussé d’or (Chine, vers 1680-1685), offerte par les ambassadeurs du Siam à Louis XIV lors de leur venue à Versailles le 1er septembre 1686, a été acquise par l’Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles, le 14 février 2018. Cette acquisition exceptionnelle, rendue possible grâce au mécénat de LVMH, permet de faire entrer dans les collections publiques nationales un objet présentant un intérêt historique, artistique et scientifique majeur.

L’audience des ambassadeurs du Siam à Versailles en 1686 constitue l’un des épisodes les plus fastueux du règne de Louis XIV. Elle témoigne de l’intense activité diplomatique qui s’exerçait au château de Versailles au XVIIe siècle. Cette verseuse, cadeau du roi Phra Naraï, ou de son ministre, Constance Phaulkon, est le seul présent d’orfèvrerie connu à ce jour parmi les innombrables présents offerts à cette occasion.

Cette oeuvre est de plus l’une des rares pièces d’orfèvrerie des collections de Louis XIV à ne pas avoir été fondue, soit pour alimenter les finances de la Couronne, soit plus tard lors des fontes révolutionnaires. Cette verseuse en argent rehaussé d’or sur les motifs en relief de fleurs (pivoines, lotus…), d’oiseaux, de papillons et de pagodes, est munie d’une anse et d’un long bec qui simulent le bois et le bambou. Inventoriée pour la première fois par le Garde Meuble de
la Couronne en 1697, puis à plusieurs reprises au cours du XVIIIe siècle, elle est vendue en 1797.

Dans la première moitié du XIXe siècle, elle appartient à la famille Terray de Morel-Vindé, descendante en ligne directe de Pierre Terray, frère de l’abbé Terray, le contrôleur général des Finances de Louis XV de 1769 à 1774.

Classée Trésor National par le ministère de la Culture le 12 juillet 2016, elle a été acquise par le château de Versailles auprès de la maison Beaussant Lefèvre à qui la vente de cet objet a été confiée.

Désormais restaurée, la verseuse sera présentée au public dans la galerie des Glaces à partir du 15 septembre 2018, à l’endroit même où elle a été offerte en présent diplomatique à Louis XIV.

Vidéo de la restauration : Restauration de la verseuse en argent

L’ambassade du Siam – 1686

La verseuse a été offerte à Louis XIV par les ambassadeurs du Siam, actuelle Thaïlande, lors de l’audience qui s’est déroulée à Versailles, le 1er septembre 1686. Largement commentée et représentée, cette audience, particulièrement
luxueuse et exotique, est restée dans les mémoires tout au long du XVIIIe siècle. Partis du Siam à la fin de l’année 1685, les trois ambassadeurs et leur nombreuse suite arrivèrent à Brest en juin 1686, porteurs d’une lettre à l’attention
de Louis XIV, écrite par leur souverain sur une lame d’or, enfermée dans trois boîtes enchâssées. Passés par Nantes, Orléans, puis Vincennes, ils firent leur entrée à Paris, le 12 août. Le 1er septembre, après avoir traversé la cour d’Honneur en grand équipage, portant la lettre du Roi de Siam, Phra Naraï sous un petit édicule, ils furent reçus par Louis XIV à Versailles, dans la galerie des Glaces. Pour l’occasion, on avait aménagé un trône très élevé, couvert d’un tapis de Perse à fond d’or, sur lequel on avait placé des torchères et des guéridons, provenant du mobilier d’argent. Les ambassadeurs étaient porteurs de nombreux présents de toutes sortes, destinés au Roi et aux membres de la famille royale (canons, laques,
gemmes, étoffes, tapis, pièces d’orfèvrerie en or et en argent, porcelaines).
La visite des ambassadeurs du Siam constitue l’un des derniers jalons d’une longue tentative d’alliance entre le Siam et le royaume de France, initiée dans les années 1660. Le souverain du Siam recherchait l’appui d’une
grande puissance européenne. La France souhaitait développer ses activités commerciales en Asie du Sud-Est afin de concurrencer le quasi-monopole des Pays-Bas, mais aussi convertir le royaume de Siam au christianisme. Une première ambassade siamoise était partie du Siam en 1680 mais avait fait naufrage lors de la traversée. Une deuxième ambassade arriva à Versailles en 1684 mais fut reçue beaucoup moins fastueusement que la dernière de 1686.

À propos de LVMH

Par son mécénat, LVMH Moët Hennessy – Louis Vuitton permet à l’automne 2018 l’acquisition par le château de Versailles de l’un des joyaux du règne de Louis XIV : la verseuse d’argent et d’or offerte par les ambassadeurs du Siam au Roi-Soleil en 1686, dans la galerie des Glaces.

L’engagement de LVMH pour l’acquisition de ce Trésor national s’inscrit dans une action globale de mécénat engagée depuis 1991 en faveur de la préservation et de l’enrichissement du patrimoine du Château de Versailles :
– Rappelons d’abord que LVMH avait entrepris, il y a plus de 25 ans, la restauration et l’équipement d’une large partie de l’aile nord du Château – 1 700 m2 abritant les salles d’Afrique, de Crimée et d’Italie – et rendu possible la réalisation de deux expositions historiques : « Versailles et les tables royales en Europe » (1993) puis « Kangxi, Empereur de Chine » (2004) ;

– Depuis 2011, le groupe a permis plusieurs acquisitions d’intérêt patrimonial majeur : le bureau de la Reine Marie-Antoinette par Riesener ; trois vases de la Manufacture royale de Sèvres, pour les appartements de Madame Victoire ;

– En outre, LVMH a soutenu la création contemporaine à Versailles, à l’occasion des expositions « Anish Kapoor » et « Olafur Eliasson » dans les jardins du château, en 2015 et 2016.

– Il est enfin utile de rappeler le mécénat de la maison Dior qui a permis, pour sa réouverture en mai dernier, la restauration du Hameau de la Reine Marie-Antoinette, en particulier de la Maison de la Reine ainsi que de son réchauffoir.

Pin It on Pinterest