Le mode d’emploi pour être un vrai DANDY…

Peut-on encore être dandy aujourd’hui ? Et d’ailleurs, qu’est-ce qu’être dandy ? Qu’est-ce qu’un vrai dandy ?

Nous avons déjà eu l’occasion d’aborder ce vaste sujet et d’y répondre en l’appréhendant sous différents angles. Novateur et brillant au XIXème siècle, le terme était déjà devenu péjoratif à la fin des années folles, avant de désigner pendant plus de trois quarts de siècle des hommes précieux et superficiels, puis de ressusciter au tournant du millénaire pour désigner ceux qui refusent l’uniformisation de l’époque.

Les railleurs, contempteurs et autres critiques primaires (et puisqu’il est plus que probable qu’il n’y en ait pas parmi vous, chers lecteurs, vous êtes cordialement invités à diffuser l’information autour de vous) sont priés de noter ici que l’uniformisation de l’époque n’est pas qualifiée, puisque s’il avait fallu la préciser par des adjectifs, ceux-ci eurent été « intellectuelle et vestimentaire », alors que c’est uniquement à l’a une de ce dernier que l’ignorant juge – et anathématise – le dandysme.

Pourtant, dès le XIXème siècle, Charles Baudelaire, qui fut l’exégète de Brummell et historiquement le premier dandy français, indiquait que « le dandysme n’est pas, comme beaucoup de personnes peu ré échies paraissent le croire, un goût immodéré de la toilette et de l’élégance matérielle, choses (qui) ne sont pour le parfait dandy qu’un symbole de la supériorité aristocratique de son esprit ». N’oublions pas que le dandysme fut à l’origine un mouvement créé pour remplacer l’aristocratie de sang séculaire par une nouvelle noblesse de culture, d’esprit et d’élégance.

Le vrai « Faux » DANDY… (photo illustrée de l’article)

Cravate trop étroite, nœud ni fait ni à faire, absence de goutte, pochette mal présentée, boutons métalliques (et pourquoi pas avec des led lumineuses ?…), quantité de bracelets excessive (c’est pour ouvrir une boutique ?), Rolex Daytona en or jaune (une pièce parfaite pour les golden boys de Wall Street en 1987 mais aujourd’hui totalement has been et surtout parfaitement déplacée dans le contexte économique actuel) : tout ce qu’il ne faut pas faire ! La couleur de la veste est audacieuse mais sympa, plus en tout cas que les petits revers qui ne ressemblent à rien et respirent plus le costume de confection thermo-collé à 300 euros qu’une grande mesure Camps de Luca ou Cifonelli : un ersatz, qui n’en impose qu’aux béotiens.

Mais, alors, qu’est-ce qu’être un véritable dandy ?

DANDY MAGAZINE vous donne en quinze leçons, mettre en pratique l’art de l’élégance.

Lien:  https://www.dandy-magazine.com/abonner-2/